Actualités, articles et infos sur le porno : films, actrices x

Articles

“Hot girls wanted”, des actrices débutantes pour le porno sont chaque jour recherchées

Quand Rachel Bernard d’Oswego dans l’Illinois, a répondu à une annonce en automne dernier intitulé “Hot Girls Wanted” qui promettait un travail comme mannequin et un voyage gratuit à Miami, elle pensait que ça pourrait être son billet pour la liberté et la gloire.

“Je ne voulais être rien d’autre qu’une fille dans le mannequinat rien d’autre. … J’adorais l’idée d’être en face de la caméra”.
Rachel est une fille qui jouait de la clarinette dans son groupe de lycée, et qui avait pensé rejoindre l’Armée de l’Air après l’obtention de son diplôme, elle était excitée à l’idée d’être modèle, de gagner de l’argent et d’avoir une chance de monter dans un avion pour la première fois.
“Ils me renvoient un mail disant qu’il y avait des animations réellement adulte et que je pouvais  obtenir $ 2,000 à $ 3,000 en allant là-bas une fois,” dit-elle. “Je pensais que je voulais juste y aller faire ça  une ou deux fois et puis revenir. … Je ne pensais toujours pas que quiconque le saurait ou que mes parents pourraient le savoir “.

Rachel dit qu’un agent de 23 ans l’a rencontrée à l’aéroport et l’a emmenée dans une maison sans fioritures avec une douzaine d’autres jeunes filles. La plupart d’entre elles venaient aussi de petites villes, tout comme elle.

L’agent a dit qu’il a été agent pendant trois ans. “Je me soucie vraiment de mes filles. Un grand nombre d’agents ne sont pas comme moi et ne sont là que pour l’argent. J’ai aidé mes filles dans beaucoup de cas. Si elles ont des urgences familiales, je leur prête de l’argent pour qu’elles puissent rentrer à la maison par exemple”.

Ces filles sont parmi les milliers de naïves, au teint frais, de 18 à 20 ans qui à partie du clic d’une souris sont introduites dans le monde du porno amateur. Rachel est d’ailleurs l’un des sujets d’un nouveau documentaire qui illustre ces cas, “Hot Girls Wanted,” dont la première au festival du film de Sundance cette année est maintenant disponible sur Netflix.
Les cinéastes Ronna Gradus et Jill Bauer ont passé de plusieurs mois à plusieurs années  à analyser le business du porno amateur. “Les filles de partout dans le pays”, a déclaré Bauer “Je veux dire à chaque fois que nous allions quelque part, nous allions dans une pièce, interviewer une fille et le lendemain, interviewer une autre fille. Ces filles sont tout juste diplômé de l’école secondaire. Elles viennent de petites villes. Elles ont d’énormes espoirs pour une vie meilleure.. et elles étaient … pom-pom girls ou ce genre de trucs, performantes à l’école secondaire. “Elles sont à la recherche de quelque chose, une opportunité pour ne pas rester dans leurs petites villes et éviter de travailler dans un emploi au salaire minimum”, a ajouté Gradus. “Un grand nombre d’entre elles ressemblent vraiment à votre petite voisine”.

Les cinéastes disent que ce sont les consommateurs qui recherchent de jeunes visages innocents dans le porno. Les sites publicitaires comme: “des filles de 18 ans réelles qui se déshabillent pour la première fois” à déclaré Gradus. Et il se trouve que c’est souvent ce qui ce qui se passe. “Elles ont juste voulus être célèbres … comme Kim Kardashian est célèbre,” a continué Gradus. “Regardez tous mes followers sur Twitter. Je reçois 1.000 nouveaux adeptes par semaine. Je vais être célèbre !”.
Le Dr Paul Bryant, professeur associé à l’université et un chercheur qui travaille avec l’institut Kinsey, ont étudiés la pornographie sur Internet et l’utilisation de porno amateur, et ont trouvés un certain nombre de statistiques alarmantes.
Les sites pornos obtiennent chaque mois plus de trafic que Netflix, Amazon et Twitter réunis, selon Paul, et les trois premiers sites pro-amateurs ont une valeur estimée à 50 millions de $. Grâce à ses recherches, Paul dit que les médias sociaux, notamment Twitter, sont devenus des outils pour augmenter la notoriété d’une star du porno en hausse.
En fait Il n’y a rien d’amateur sur la majorité de la pornographie amateur, sauf de la naïveté et de la jeunesse et la nouveauté des actrices.
En réalité tout le monde est payé et c’est un immense business.

Mais ce sont dans les franges du porno amateur, un monde souterrain appelé “abuse porn”, dans lequel les filles réussissent des actes obscènes qui les amènent à vomir ou pire, que les cinéastes ont dit qu’ils ont trouvé le plus choquant.
“Il suffit de passer un peu de temps sur ces hubs porno très grand public,” a déclaré Gradus. “Et ces bannières publicitaires pour ces sites appelés, “18 ans et abusées”.
Je veux dire les sites Web qui ne font pas mystère du fait que, fondamentalement, le message est  “Venez sur notre site afin que vous puissiez nous voir dégrader des jeunes femmes” … le message est clair. Selon l’Institut Kinsey, en 2014, les sites Web d’abus dans le porno comptent en moyenne plus de 60 millions de visites par mois.
Des recherches récentes montrent que près de 40 pour cent de la pornographie en ligne représente de la violence contre les femmes. “Je dirais que à peu près toutes les filles que nous avons rencontrés ont fini par faire une scène qui était plus hardcore, je suppose que, disons, que ce qu’elles avaient prévu”, a déclaré Gradus.
“Beaucoup de jeunes filles ne finissent par faire que leur première scène. Ce qui se passe est qu’elles finissent sur le plateau, puis, si elles ne terminent pas la scène, elle ne sont pas payées”. Dans un premier temps, Rachel, comme beaucoup de jeunes femmes qui ont répondu à l’annonce, semblait se délecter de sa liberté retrouvée. “Je l’ai fait tant de fois ici, plus que je ne l’ai jamais fait de toute ma vie”, dit Rachel dans le film.
En Lamborghini, à cheval sur les vélos, dans la rue … toutes les cochonneries que j’ai toujours voulu faire … Je suis en train d’être célèbre, donc tu dois faire ce que tu dois faire. “Elle dit qu’elle a fait environ 1000 $ pour chaque tournage. Après avoir joué dans 85 vidéos, Rachel dit, elle avait engrangé $ 80,000, mais a ajouté que les agents prennent au moins 15 pour cent.

La réalité est beaucoup plus difficile car elles doivent payées pour les hôtels, les maquillages, la lingerie, tous les frais qui sont importants et finalement il ne reste pas grand chose.
Un exemple courant:  “Vous allez à la maison d’un mec et il a un appareil photo mis en place sur un petit trépied et vous vous sentez horrible et vous vous demandez ce que vous faites là !”

Elle a commencé à ressentir les conséquences émotionnelles de ses diverses expériences.
Tout le temps, je me suis dit, “Putain ce n’est pas moi ” a ajouté Rachel. “Je suis intelligente. Je devrais avoir des conversations intelligentes. J’ai lu, je vous écris, je fais beaucoup de choses”.
Elle rêvait d’être une photographe ou une réalisatrice de cinéma.

Après avoir travaillé dans le porno amateur, elle a finalement pu acheter une caméra et cela à été un tournant dans sa vie. Après six mois à Miami, Rachel est de retour à la maison avec ses parents, et va peut être vivre son rêve de devenir une réalisatrice dans le cinéma. Elle travaille en faisant de la photographie pour les musiciens locaux.


Un commentaire sur ““Hot girls wanted”, des actrices débutantes pour le porno sont chaque jour recherchées
  1. René on disait:

    En tout cas j’adore regarder les débutantes amatrices que vous avez sélectionnés sur la pub !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.