Actualités, articles et infos sur le porno : films, actrices x

Articles

Photos nostalgie

nostalgie-folies4Cliquez pour agrandir les photos.nostalgie-folies3  nostalgie-folies2 nostalgie9 nostalgie8 nostalgie7 nostalgie6 nostalgie5 nostalgie4 nostalgie3 nostalgie2 nostalgie1

Pour finir les folies de Paris Hollywood, c’est mythique pour les anciens.
Cliquez pour agrandir la photo.
nostalgie-folies

L’érotisme, la nostalgie des bas et des portes jarretelles. Les années 1950, 1960 et 1970.

Avant la pornographie et pendant des décennies il y a eu l’érotisme dans les magazines spécialisés et dans les revues érotiques.

Dans les années 1947 à 1974 un magazine prédomine dans ce secteur érotique « les folies de Paris et de Hollywood » qui avait des fanatiques nombreux impatients du prochain numéro. Dans les années 1960 clairement interdit aux moins de 18 ans.

Les jeunes hommes mineurs essayaient d’obtenir de leurs grands frères ou de toutes les façons ce magazine qui dans leurs esprits était le summum du vice.
Bien sur les photos étaient retouchées, pas question de montrer un sexe ou des poils ou quoi que ce soit. Interdit d’affichage en kiosque il montrait ce qu’on trouve maintenant dans une simple publicité en 4 mètres par 3 sur nos murs pour un sous vêtement quelconque sans que plus personne n’y prête attention.

La revue française qui a éveillé toute une génération à la sexualité…
Paris-Hollywood. Certains papis vous en parlent encore la bave aux lèvres et le front humide. Au milieu de ses pages, le magazine avait la particularité de proposer des pinups en relief et on pouvait les voir se déshabiller au fil des pages. Un must pour les collectionneurs.

Oui, il y a de nombreux collectionneurs de ses revues anciennes, et des ventes sur internet d’anciens numéros, encore tout un commerce autour de ça. Je pense à la madeleine de Proust, le jeune homme qui a eu ses premières éjaculations en regardant ses beautés sur papier glacé reste accrocher à leurs images érotiques, et sont donc aussi accros aux bas et porte jarretelles, symbole de l’érotisme à cette époque. Nostalgie d’une époque ou voir des seins était déjà quasiment le summum de la pornographie, quand au sexe d’une femme, c’était presque impensable, il fallait aller dans des endroits sordides ou des vendeurs à la sauvette vendaient à prix d’or quelques photos.

La libération suivant mai 1968 et l’autorisation des films pornographiques à la fin des années 1970 à modifié profondément le comportement de tout le monde, et évidemment ce genre de magazine ne peut pas survivre à une telle vague. Le film « Emmanuelle » de Just Jaeckin de 1974 qui n’est qu’intermédiaire entre simple érotisme et vraiment très légèrement plus est le début du changement dans le cinéma. Ensuite il y a le scandale « d’histoire d’O » qui est sur le sujet du  sadomasochisme. Par la suite le sexe à l’écran devient banal, et on va créer donc la catégorie X dédié au porno qui sera diffusé au départ dans des salles spécialisés. Par la suite la production devient importante et la diffusion est de plus en plus fréquente en vidéo soit chez soi, soit en visionnage payant dans des sex shops. Pour en arriver à l’internet qui à totalement tout changé dans ce domaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *