Actualités, articles et infos sur le porno : films, actrices x

Articles News

Un homme handicapé poursuit Pornhub parce que certaines vidéos n’ont pas de sous-titres

Yaroslav Suris, un abonné premium, est en colère contre la catégorie de sous-titres du site et demande des dommages-intérêts parce que le géant du porno a “ violé ” la stricte loi américaine sur les handicaps.
Yaroslav Suris frustré réclame un règlement parce qu’il ne peut pas suivre les intrigues de la vidéo.
Un homme sourd poursuit Pornhub pour ce qu’il prétend être une violation de l’American Disabilities Act (loi sur les handicaps).

Yaroslav Suris dit qu’il a été victime de discrimination parce que certaines vidéos ne comportent pas de sous-titres, et qu’il ne peut pas suivre les intrigues.

Il a déposé un recours collectif contre la société, suggérant qu’il s’agit d’un refus d’accès, rapporte le plus grand site de potins d’Amérique TMZ.

Angry Suris a d’abord remarqué le problème en tentant de télécharger «Hot Step Aunt Babysits Disobedient Nephew».

Plus tard, il a trouvé un problème similaire avec “ Daddy 4K – Allison comes to Talk About Money to Her Boys” (Papa 4K – Allison vient parler de l’argent au vilain père de ses garçons), et a également rencontré des problèmes avec “ Sexy Cop Gets Witness Witness to Talk ”(Un flic sexy fait témoigner un témoin).

Maintenant, il poursuit Pornhub pour violation de l’American Disabilities Act (loi sur les handicaps), et dit que le manque de dialogue non seulement ruine son expérience, mais que c’est contraire à la loi.

Il y a un petit coté humoristique sur ce sujet, sans sous-titres comment suivre ces intrigues complexes !
Ce n’est pas le cas ici mais le livreur de pizza qui arrive au domicile d’une jeune femme seule ? On comprend comment si on a pas l’explication ?

Le procès allègue que Pornhub, RedTube et YouPorn sont en violation de la loi américaine de 1990 sur les personnes handicapées. Une partie de l’objectif de l’ADA est de fournir «la jouissance pleine et égale» des biens, services, installations et privilèges d’un logement public, conformément au procès.

“Les sites Web qui empêchent l’accessibilité aux personnes sourdes et malentendantes font un acte discriminatoire”, lit-on dans le procès.
L’ADA cite que son objectif est de “s’assurer que les personnes handicapées ont les mêmes droits et opportunitées que tout le monde”.

Le vice-président de Pornhub, Corey Price, a contesté l’affirmation selon laquelle le site Web ne propose pas de sous-titres.

“Bien que nous ne commentions généralement pas les poursuites en cours, nous aimerions saisir cette occasion pour souligner que nous avons une catégorie de sous-titres”, selon un communiqué de Price fourni à ABC News. La déclaration comprenait un lien vers sa section de sous-titres.

Suris a déjà poursuivi Fox News, le New York Post et d’autres médias alléguant des violations similaires de l’ADA sur leurs sites Web.

Il réclame des dommages-intérêts compensatoires, des sanctions civiles et des amendes à Pornhub.

Il faut prendre l’argent là ou il est ! (NDLR)

Le point de vue de la militante Stella Young (elle-même sourde):

Inspiration porn est un terme inventé par la militante des droits des personnes handicapées Stella Young. Elle définit le porno comme l’objectivation d’un groupe au profit d’un autre groupe. Tout comme le corps d’un homme ou d’une femme est objectivé pour satisfaire les «incapacités» et les «défis» particuliers des personnes fétichistes, sourdes et handicapées, ils sont souvent objectivés en comparaison avec les problèmes des personnes valides.

Le point le plus important de Young était que la société du mensonge nous a enseigné les handicaps.

“On nous a vendu le mensonge selon lequel le handicap est une mauvaise chose”, a déclaré Young. «Et vivre avec un handicap vous rend exceptionnel.»

Le porno d’inspiration donne envie à une personne de se relever et de se dire que la vie n’est pas si mauvaise. Cela leur fait penser: “Au moins, je ne suis pas sourd.”
C’est ce que le monde de l’audition obtient du porno d’inspiration. Mais qu’obtient la communauté des sourds de ces vidéos qui font que les autres louent la guérison de la surdité?

Le problème est que personne dans le monde de l’audition n’est exposé à la culture des sourds et à leur communauté. Sans la connaissance d’une communauté diversifiée et capable, comment les masses peuvent-elles même savoir à quoi ressemble la surdité?

Les activations d’implants cochléaires sont devenues la représentation de la culture sourde. Pour de nombreux membres de la communauté des sourds, ces fausses représentations sont extrêmement dommageables.

Obtenir un implant cochléaire n’est pas le miracle que les médecins et le monde de l’audition le prêchent. Le porno d’inspiration promeut une fausse idée selon laquelle les implants cochléaires amélioreront automatiquement la vie d’une personne sourde. Ils accumuleront une langue, entendront de la musique, communiqueront avec des enfants entendants et auront plus de facilité à se faire des amis.

C’est vrai dans une certaine mesure, mais il y a un tout autre côté de la médaille que personne ne regarde. Les implants cochléaires coûtent 50 000 $ sans assurance. L’inspiration porn ne montre pas aux gens les décennies d’orthophonie et de formation auditive que l’enfant sourd devra suivre pour commencer à utiliser sa voix. Il ne représente pas non plus les coûts élevés associés à la rupture et au remplacement des implants. Même si un enfant a pris grand soin de son implant, la technologie s’améliorera et rendra éventuellement un implant obsolète, obligeant les parents à dépenser plus d’argent pour la version améliorée de l’implant. Le porno d’inspiration masque également le problème que peu seront compatibles avec un implant cochléaire.
Le monde de l’audition sous-estime largement les capacités de la communauté des sourds et suppose qu’aucune d’entre elles ne peut prendre soin d’elle-même. Le mensonge que Young soulève est la véritable injustice dont souffre la communauté des sourds. Young a dit qu’elle ne se considérait pas comme handicapée mais souscrivait au modèle social du handicap.

“Nous sommes plus handicapés par la société dans laquelle nous vivons que par notre corps ou nos diagnostics”, a déclaré Young.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *