Actualités, articles et infos sur le porno : films, actrices x

Une décision pour l’industrie du porno prise sur la cote ouest des USA.

Une décision pour l’industrie du porno prise sur la cote ouest des USA.
Dernières nouvelles sur la cote ouest, importante pour vous surtout si vous
aimez regarder les vidéos pornos sur internet : le « LA Times » rapporte qu’un
juge a statué vendredi sur le comté de Los Angeles au sujet des préservatifs
dans l’industrie du film pour adultes. Le juge a déclaré que la nouvelle loi ne
viole pas les droits constitutionnels d’une star du X en les obligeant à porter
une protection.

Pourquoi ? Parce que de nombreuses personnes au sein de cette industrie (films
pour adultes) sont exposées à des risques inutiles, en particulier en ce qui
concerne les maladies sexuellement transmissibles. Les électeurs de Los Angeles
ont récemment adopté une loi pour que les acteurs portent un préservatif
pendant les tournages. La loi a été votée en Novembre, mais il a fallu quelques
jours seulement pour les producteurs de commencent à l’appliquer.
Le président de l’AIDS Healthcare Foundation, Michael Weinstein, a qualifié la
décision du juge d’ «énorme victoire, celle décision protégera la santé et la
sécurité des artistes adultes travaillant dans l’industrie.

Lorsque la loi a été mise en œuvre en Janvier, les sociétés de production Vivid
Entertainment, Califa Productions, et Kayden Kross producteurs de porno et
Logan Pierce ont intentés un procès pour arrêter le processus. Dans leur procès
ils déclarent que «l’exercice des libertés liés au 1er Amendement ne peut être
limité par référendum (et, comme la nouvelle loi actuelle, en est un) cette
restriction est donc inconstitutionnelle ».
L’avocat des producteurs de porno, Paul Cambria Jr., à initialement soutenu et
fait valoir que la mesure aurait une incidence sur l’audience liée aux
invraisemblances: «Supposons que nous filmions un film pour adultes qui se
passe dans le passé avec des aventuriers. Tout d’un coup, le capitaine Jack
enfile un préservatif … Évidemment, ce serait essentiellement détruire le
film, parce que ce serait invraisemblable. Forcément, les gens sauront immédiatement
que ce n’est pas crédible “, dit-il, comme si le plus grand souci auquel
un producteur de porno pouvait faire face était la plausibilité de l’histoire à
l’écran.

D’autres avis sont plus terre à terre: «Ce n’est pas une question de liberté
d’expression. C’est une question de sécurité en milieu de travail … S’ils
veulent supprimer numériquement un préservatif du film final, il n’ya pas de
problème ».
La décision du juge a cité les preuves présentées par les deux parties, en
particulier le manque de preuves venant du système de sante publique du côté
des producteurs de porno. «Les plaignants [l’industrie du porno] en revanche,
ont présentés des preuves venant d’individus travaillant dans l’industrie du
film pour adultes, qui prétendent que le test est si efficace et universel que
les préservatifs sont inutiles, mais pas du système de santé publique».
Une affaire à suivre les procès de ce type aux Etats-Unis pouvant être à
rebondissements multiples et variés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *