Actualités, articles et infos sur le porno : films, actrices x

Articles Stars du X

Asa Akira (+ de 1,5 millions de $ dans le porno)

Asa Akira a toujours su ce qu’elle voulait faire dès son plus jeune âge.
“J’étais obsédé par ça (le sexe)” Mme Akira, maintenant âgée de 30 ans, se souvient de ses pensées quand elle était au collège. “Les filles étaient vraiment glamour. Elles avaient des relations sexuelles pour de l’argent. J’ai pensé, “Quoi de mieux que cela?”

Elle a depuis joué dans plus de 320 films pour adultes. Elle est l’une des stars les plus riches du porno en Amérique, avec une valeur nette déclarée de plus de 1,5 millions de dollars. Et dans son nouveau livre, Insatiable, elle est sans bornes pour l’amour qu’elle a de l’industrie qui a fait son rêve une réalité.Asa Akira

Cet emploi dans cette industrie du sexe m’a formé comme une femme que j’avais toujours espéré que je serais. Je suis devenu plus confiante, plus autonome, plus sûre de moi que je ne l’ai jamais été”, écrit-elle. “Il n’y a rien d’autre que j’aimerais faire à la place de ce job”.

Mme Akira (son nom de scène), dit que l’histoire de sa vie ne correspond pas à la plupart des stéréotypes habituels des stars du porno. Elle a eu une enfance “parfaitement normale” avec une mère aimante et les parents qui restent à la maison et qui sont restés ensemble pendant 30 ans. Elle a étudié à l’École privé internationale des Nations Unies à Manhattan.

“Je fais partie de la nouvelle ère du porno,” dit-elle au Post (magazine des USA)”. “Nous sommes des féministes, des gens très sexuellement positifs. Nous ne sommes pas victimes de viol, pas toxicomanes, nous n’avons pas de problèmes de papa”.
Environ la moitié des femmes dans le porno ont eux aussi des expériences “normales” de la vie avant d’entrer dans l’industrie, surtout maintenant que la pornographie est de plus en plus courante, dit-elle.

Née à Manhattan, Mme Akira vivait avec sa mère et son père, deux immigrants japonais, dans Soho. Sa mère restait à la maison pour prendre soin de Mme Akira, un seul enfant, et plus tard elle est retournée dans un travail à but non lucratif.

Mme Akira a été à l’école primaire privée “Chelsea day school”. Ses parents parlaient japonais à la maison (Akira le parle couramment) et étaient adeptes d’une vie et d’une nourriture saine. “Je peux compter sur une main les fois où j’ai été dîner chez McDonald,” écrit-elle.

Sa famille a déménagé à Tokyo lorsque Mme Akira avait neuf ans parce que son père, un photographe, y a été transféré pour travailler.

“J’ai eu une enfance heureuse et vraiment normale,” dit-elle. “Honnêtement, rien ne s’est passé pour moi qui peut expliquer tout cela”.

Pourtant, Mme Akira savait dès son jeune âge qu’elle était plus attirée par le sexe que les autres filles.

“La première fois que j’ai été appelé une salope c’était en quatrième ou cinquième année,” dit elle. “Je ne savais pas ce que cela signifiait donc j’ai cherché dans le dictionnaire et cela disait quelque chose comme “femme négligée”? Je ne comprenais pas”.

“J’ai pensé “Qu’est-ce qui ne va pas avec moi ? Qu’est-ce qui me pousse à ça ?”. Je sais que mes parents doivent se le demander aussi. “De temps en temps je pense que je devrais aller voir un psy pour comprendre cela. Mais une partie de moi ne veut tout simplement pas savoir”.

Elle se souvient d’avoir pris un livre de la bibliothèque sur le système de reproduction quand elle était en première année et en demandant son père mal à l’aise avec cette demande, de lui lire.

“Judy Blume’s Are You There God ? it’me, Margaret” (Livre US connu) ! Une histoire de l’éveil sexuel d’ une jeune fille, lu par des multitudes de jeunes femmes avec des lampes de poche sous leurs draps de lit a laissé un “énorme impression” sur elle.

Elle a regarder son premier film pornographique au cours d’une soirée pyjama à la maison de son amie en troisième année. C’était un film softcore basé sur un conte de fées. Elle n’a pas été excitée, mais elle a été intriguée.

Mme Akira avait 13 ans quand sa famille a déménagée à stateside Downtown Brooklyn et plus tard à Clinton Hill.
Parce que son grand-père avait passé 45 ans en tant que diplomate japonais, elle a obtenu une bourse pour étudier à la prestigieuse école de l’ONU.

“J’étais entouré de l’élite de Manhattan. Les enfants des fondations très gâtés, et les enfants de diplomates qui sont arrivés à l’école en limousines noires avec des plaques d’immatriculation spéciales”, écrit-elle. “Et j’étais l’enfant avec la bourse d’étude”.

La nuit, elle regardait la télévision, l’émission de Howard Stern sur E ! et elle est devenu obsédée par les femmes qu’il a interviewés.

“Ces filles étaient mes héros, en quelque sorte glorifiées dans mon esprit”, écrit-elle.

L’école de l’ONU ne l’a pas invitée pour sa deuxième année en raison de mauvaises notes, alors elle a été inscrite à la Washington Irving School dans le public à Gramercy Park.

Elle a travaillé comme caissière à la librairie (Books of Wonder) sur West 18th Street, mais secrètement avait d’autres ambitions.

Elle défile en bikini comme modèle à l’âge de 14 ans. Elle a répondu à une annonce pour une “masseuse” mais elle s’est dégonflée quand le propriétaire de la salle lui a demandé de pratiquer sur lui.

Son idée fixe était sur une chose: le porno.

Mais c’était un concept très éloigné. Je ne connaissais personne dans le porno. Je ne savais même pas les premières étapes à suivre. C’est comme dire : “Je veux être un astronaute”. “Je ne sais pas la moindre chose au sujet d’un astronaute”, dit-elle.

“Je suis sûr que je vais offenser un grand nombre d’astronautes avec cette déclaration !”.

Elle a été transférée à l’école publique pour son année senior (dernière année), qui demande à ses élèves de trouver des stages pour obtenir leur diplôme. Elle a d’abord travaillé comme assistante d’un enseignant dans une école maternelle, mais s’est vite rendu compte qu’elle détestait la responsabilité de ce travail.

Puis elle décroche un stage au magazine de haute couture V. Mais ce n’était pas pour elle non plus.

“Je n’ai jamais été traité si mal”, dit Mme Akira, qui a fait des films dans lesquels elle a des relations sexuelles avec sept hommes. “C’était la chose la plus dégradante que j’ai jamais fait et j’ai fait beaucoup de choses”.

Grace à une rencontre fortuite après l’obtention du diplôme, sa vie allait changer pour toujours.

“Excusez-moi, mademoiselle ?” Un homme lui a demandé dans la rue. “Seriez-vous intéressée à travailler dans l’industrie du divertissement pour adultes ?”
“C’était comme si vous vouliez être un acteur et que Larry Clark s’approche de vous” dit-elle. “J’ai tout de suite dit Oui”.

Cette nuit-là, elle a travaillé comme dominatrice à The nutcraker (Casse-Noisettes) sur la 33e rue.

Son premier client, un joueur pro de basket-ball, lui a demandé un jeu de rôle “Nous sommes dans le métro. Je ne regarde que vous et vous êtes très énervée après moi”.

D’autres possibilités ont suivis. Un ami lui proposé un contrat au Club Hustler de Larry Flynt, le club de gentlemen de l’autoroute West Side.

600 $ (sur une bonne nuit) au donjon. Maintenant, elle pourrait engranger jusqu’à 6000 $ la nuit. Elle a quitté le travail de dominatrice et a pris le nom de scène Akira, pris à partir d’un personnage de dessin animé.
Le striptease:
Elle a terminé dans une dépendance aux antis douleurs, elle s’est accroché à ce type de médicaments. En même temps elle a quitté deux hommes auprès desquels elle était devenue trop proche.

Le mode de vie de strip-teaseuse à commencé à l’épuiser sérieusement.

“Au début, c’était cool. Je n’avais jamais eu autant d’argent. Mais la nouveauté s’est estompé rapidement. Je suis une mauvaise vendeuse, le style “Hey voulez-vous un peu de compagnie ? Je détestais ça”, dit-elle.

Elle a déménagé en Floride pour travailler comme animatrice sur Bubba the Love Sponge’s radio show (Bubba le show radio de l’éponge de l’amour). Là, elle a rencontré la star du porno Gina Lynn, qui lui a offert à la caméra travail .

“Je savais que bien que n’ayant jamais fait une scène dans un porno, ça allait changer ma vie pour toujours. Ainsi il y a de nombreux emplois que je ne peux plus faire maintenant. Je ne peux rien faire avec les enfants. Je suis un enfant unique, je ne voulais pas briser le cœur de mes parents”, dit-elle.

Malgré tout, elle a pris un bus de Port Authority vers la maison de Lynn dans le pays Amish, en Pennsylvanie, pour ce film. Deux jours plus tard, une agence l’emmenait à Los Angeles.

Comme l’une des cinq pour cent des stars du porno qui sont Asiatique (70 % sont de couleur blanche, selon L’Internet adultes Base de données des films) Mme Akira à rapidement découvert ce que cela signifie dans le porno.

“Je ne peux même pas vous dire combien de fois j’ai eu le corps nu recouvert par des sushis, ou joué le rôle d’une femme mariée par correspondance. “Masseuse” est quelque chose que je peux pratiquement écrire sur mon CV !”.

Il y avait un côté positif : “Cela a garanti à peu près mon travail jusqu’àu jour où j’ai quitté, car il ya toujours une pénurie de filles asiatiques dans le porno”.
Elle a surmonté son rôle d’asiatique en devenant une actrice célèbre dans “porno Gonzo”. Prise de vue en gros plan pour des actes sexuels extrêmes.

Elle a décidé de garder ses parents en dehors de cette nouvelle vie, même si elle estime qu’il est très peu probable que cela puisse rester un secret. Et cela n’a pas été le cas.

Six mois après, elle a reçu un appel téléphonique : “Nous avons vu votre vidéo” ont ils dit. “La conversation s’est terminée là”, dit-elle. Elle ne discute jamais de ce genre de choses avec eux.

Au cours de mes conversations téléphoniques quotidiennes avec sa mère, le style est, “Le travail est bien,” ou “je vais travailler”. Mais je ne veux pas dire, “Hé maman, je vais me faire défoncer par une bande de gars demain”.

L’argent est bon, la moyenne du secteur se situe entre 500 $ et 4000 $ par séance mais Mme Akira prétend que c’est plus que cela.

“Presque chaque fois que je tourne une scène de sexe, je tombe un peu dans l’amour”, écrit-elle. “En amour d’être sur l’écran. En amour d’être le centre de l’attention”.

Ces soucis sont les vicissitudes de tout acteur ou modèle. Les problèmes de poids sont inévitables dans un domaine où la femme moyenne mesure 165 centimètres et pèse 53 kg. Au lieu de prendre de la drogue et l’alcool, elle consomme des salades et des smoothies, et pratique le yoga.

Les maladies sexuellement transmissibles sont le plus grand danger spécifique de l’industrie. Elle a eu des chlamydias, une chose difficile à expliquer lorsque vous sortez avec quelqu’un qui est en dehors de l’industrie, dit-elle. C’est une raison pour laquelle elle est maintenant mariée à l’acteur porno compatriote Toni Ribas.

Et puis il y a la question de l’âge. Elle a 30 ans dans une industrie où la moyenne est de 22.

Asa Akira sur twitter 11 oct 2016

Asa Akira sur twitter 11 oct 2016

“Je sais que le temps est compté. Je sais que bientôt je serai trop vieille pour cette entreprise et il sera temps de passer à autre chose”, écrit-elle.

Quand elle a déménagé à Los Angeles, elle a pensé qu’elle avait déjà passé deux ans dans le porno, la plupart des femmes ne passent que trois ans dans ce business avant qu’elles ne quittent ou ne soient virées, elles économisent de l’argent puis ouvrent un studio de yoga.

Elle est sous contrat avec Wicked Pictures en tant qu’actrice vedette (un travail différent, moins de gros plans sur le sexe), une direction que l’industrie du porno en général prend aujourd’hui. Elle dirige aussi, une autre façon de rester pertinente et riche de connaissances dans la nouvelle entreprise de porno.

Elle, c’est avant tout une vraie star du X connu par tous. Cette sublime brune aux origines asiatiques possède des atouts vraiment exceptionnels pour nous offrir une partie baise de très bonne qualité. Intense, profonde, cette belle brunette va se faire défoncer par tous les trous en direct.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *