Actualités, articles et infos sur le porno : films, actrices x

Articles

Dysfonctions érectiles la cause : trop de porno chez les adolescents

Publié le 20 novembre sur le journal “The Globe and Mail”. Sous forme d’anecdote une explication de certaines dysfonctions érectiles à l’âge adulte chez les hommes qui ont trop regardé de porno trop jeune. X est le pseudo d’un jeune garçon évidemment. Lorsque X avait huit ans il grandissait dans une petite ville du Texas, il a trouvé une copie du magazine Playboy et a décidé que les jolies dames nues étaient la plus belle chose qu’il ait jamais vu. Puis, quand il a eu 12 ans, sa famille a eu Internet à haut débit. Soudain, les femmes nues qu’il convoitait n’étaient pas seulement par intermittence disponibles sur le papier, elles étaient en quantité infinies en direct et en ligne immédiatement. Elles faisaient des choses qu’il n’avait même jamais imaginé. C’était comme s’il était à la recherche de sa première gorgée de bière et qu’il avait trouvé une cachette avec un nombre illimité de bouteille de Jack Daniels. X avait touché le jackpot pornographique. Tout au long de son adolescence et jusqu’à l’âge adulte,  comme la plupart de ses pairs, il a regardé du porno hardcore gratuitement chaque fois qu’il en ressentait l’envie, ce qui était très fréquent. Ils ont échangé entre copains les conseils sur les meilleurs sites gratuits et comment cacher leurs habitudes de navigation sur le Web de leurs parents. Typique de son âge, il se masturbait. Mais contrairement à la plupart des adolescents avant lui (dans le passé), il a eu du ma à concrétiser lorsque le moment est venu d’avoir du vrai sexe avec de vraies filles. X savait son pénis fonctionnait bien car il s’en servait avec le porno, mais l’excitation sans écran était plus difficile à trouver. Quand X a eu 23 ans et a eu une relation avec une fille qu’il aimait, il savait qu’il avait un problème avec le porno. “En fin de compte le porno en ligne m’a désensibilisé et à conditionné mon cerveau à mon écran d’ordinateur au point où, dans la vraie vie, je ne pouvais pas ressentir quelque chose dans une situation intime”, at-il déclaré dans une interview.

dysfontions érectiles

dysfontions érectiles en augmentation

Il à recherché ses symptômes sur Google et a trouvé un nom pour son problème: la dysfonction érectile induite par le porno. Il a décidé d’ obtenir de l’aide. Aujourd’hui X est un conseiller de la jeunesse qui, cette semaine s’est adressé au colloque Generation XXX à Winnipeg, une conférence publique d’une journée sur la “pornification de nos enfants”, organisée par les droits de l’enfant, son organisation, Reboot Nation, encourage les adolescents à contrer les effets de dépendance à la pornographie par un “redémarrage” c’est à dire prendre une pause de la pornographie pour permettre à leurs voies nerveuses de devenir à nouveau sensibilisés à du vrai sexe. Le symposium de Winnipeg, organisé par Rosalind Prober appelle une réaction pour tous les Canadiens préoccupés par les effets de l’exposition au porno hardcore sur les enfants, a vu le jour après une étude publié plus tôt cette année ou l’on trouve que 90 pour cent des Canadiens âgés les âges de huit à 16 ont vu la pornographie en ligne, habituellement tout en faisant leurs devoirs. Selon l’étude, 40 pour cent des garçons entre la 11ème et la 7e cherchent régulièrement du sexe sur le net (sept pour cent pour les filles). L’étude, qui a été publié au printemps dernier montre une augmentation de sept pour cent du nombre total des adolescents qui regardent du porno par rapport à l’année précédente, ainsi qu’une montée en fréquence, en particulier chez les adolescents. Rien de tout cela n’est particulièrement surprenant : Nous vivons dans un pays où il existe des normes strictes pour ce qui est diffusé à la télévision et dans les cinémas, mais les fournisseurs de services Internet actuellement ne portent pas la responsabilité pour faire que le porno hardcore soit disponible gratuitement pour n’importe quel enfant avec une connexion WiFi. Comme le souligne Prober, la dernière génération celle de la dernière décennie à la “plus grande expérience sociale du monde” en termes de ce que l’accès illimité à la pornographie peut faire pour le jeune cerveau. Le Porno est faux, c’est du cinéma comme on dit ! et les adultes ont les facultés critiques pour le discerner, mais ce est très dommageable pour les enfants c’est qu’ils deviennent souvent violents lors de leur première expérience sexuelle. Ils sont non seulement endommager socialement, mais physiologiquement aussi. La Dysfonction érectile induite par le porno est maintenant bien documenté par la communauté médicale traditionnelle. Le Dr. Oz consacré un spectacle sur le sujet l’année dernière, et il ya quelques mois, des chercheurs de l’Université de Cambridge ont constaté que le cerveau des toxicomanes porno ont des réponses similaires aux cerveaux des alcooliques ou des drogués. Les adolescents sont exposés à de la pornographie, rien de bien nouveau, (à mon époque c’était lui et playboy ou ce genre de magazine) mais ce qui l’est c’est le niveau d’exposition et la nature du contenu qui a changé. Alors que ma génération a appris à faire le sexe en lisant les romans érotiques et à tâtonner sous les pulls dans les sous-sols de nos parents, cette génération aura appris à faire du sexe en regardant des hommes velus et très membrés baiser dans toutes les postures et sans limites avec souvent une certaine violence comme dans les gonzos. Prober annonce que l’effet de la pornographie en ligne sur les enfants est réellement devenu un problème de santé publique. Pris à fortes doses, elle affecte les centres du cerveau des adolescents la neuroplasticité et les centres du plaisir, sans parler des messages préjudiciables qu’il diffuse sur les rôles de genre, de consentement et d’intimité voir de sujets délicats et importants pour les jeunes aux esprits fertiles. Aussi énorme que soit le problème, la solution est pourtant étonnamment simple : L’Internet est un espace public et nous devons le policer. Nous l’avons construit. Nous devrions appliquer les mêmes normes de décence sur l’Internet que partout ailleurs. Quand vous pensez à ce sujet de cette façon il semble incroyablement évident que le modèle actuel sauvage ne peut pas et ne devrait pas durer. Au Royaume-Uni, le Premier ministre David Cameron a récemment forte armé les principaux fournisseurs de services Internet en appliquant des filtres porno automatiques à toutes les connexions mobiles et à large bande dans le pays. Cela signifie que les personnes de plus de 18 ans peuvent choisir d’ opter dans ou hors du porno, et que s’ils ignorent la question, ils seront automatiquement opté out. Si les enfants tentent de remplacer ces filtres, ils seront soumis à une vérification d’identité pour vérifier qu’ils ont l’âge. Les fournisseurs de services ont résisté fortement au début, affirmant que ces contrôles étaient une question de responsabilité parentale et équivalait à de la censure, mais quand le gouvernement a clairement indiqué qu’il légiférerait si nécessaire, les FAI ont cédé. * (NDLR) Nous sommes en tant qu’éditeur fortement contre ce genre de solution mais il est important d’aborder ce genre d’article qui parle de conférence et de lois réellement votés par exemple au Royaume-Uni. Le filtre est bien le domaine des parents car aucun filtre automatique ne peut être réellement efficace techniquement à notre avis, le dernier mot en revient toujours à la surveillance des adultes. Pour ce qui est du Canada (la conférence dont nous parlons est de Winnipeg), c’est loin d’arriver. Actuellement, les grands fournisseurs de services Internet (Bell, Telus ,Rogers et Shaw) font pire que rien. Ils résistent activement aux demandes des groupes de défense comme Beyond Borders sur le fait d’introduire des filtres “opt – out” universels pour les utilisateurs. Pourquoi sont-ils résistent ? Parce que c’est cher c’est une difficulté et parce que les géants des télécommunications sont là pour faire de l’argent, pas pour l’intérêt public. Contrairement à David Cameron, Stephen Harper n’est pas exigeant. Pour les autres pays Européens pour le moment il ne se passe rien mais les acteurs du secteur doivent se préparer à des changements dans ce domaine à notre avis.


Un commentaire sur “Dysfonctions érectiles la cause : trop de porno chez les adolescents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *