Actualités, articles et infos sur le porno : films, actrices x

Articles

les activistes qui luttent contre la vengeance porno en ligne ont des résultats aux USA

Dans la lutte contre la vengeance porno aux USA, les activistes marquent des points.
Pendant des années, si vos photos intimes apparaissaient en ligne sans votre permission, il semblait y avoir peu de recours. Les images étaient mises en ligne et les responsables étaient souvent impunis.
Mais les choses changent.

Les responsables gouvernementaux aux USA mettent davantage d’énergie contre ces gens qui publient ces images et les sites Web mis en place pour en tirer profit.
Plus d’une douzaine États ont adopté des lois qui criminalisent la pornographie non consensuelle. Finalement, la longue guerre contre la vengeance porno obtient des résultats.

“Nous avons fait d’énormes progrès”, a déclarée Charlotte Laws, une militante de premier plan qui s’est impliquée dans la lutte contre la pornographie non consensuelle après qu’une photo seins nus de sa fille a été publiée sur un site géré par Hunter Moore, l’un des opérateurs les plus notoires dans les sites de vengeance porno.

Moore est maintenant un exemple dans la façon dont le gouvernement prend la question plus au sérieux: Il a plaidé coupable à des accusations de piratage fédéral et de vol d’identité mercredi et fait face à une peine maximale de sept ans de prison.

Moore a été un pionnier dans ce genre de choses sur le Web, ratisser l’argent des annonceurs à travers un site qui a accueilli des photos nues ou sexuellement explicites de personnes sans leur consentement, associant parfois les images avec des détails sur l’identité des victimes.
Certaines des photos ont été soumises par d’anciens partenaires qui voulaient se venger, mais Moore a plaidé coupable aussi d’avoir voler des photos compromettantes de victimes par effraction de leurs comptes e-mail.

Son site fermé en 2012, était devenu un modèle pour toute une industrie et dans certains cas il s’agissait tout bonnement d’extorquer de l’argent à des victimes désespérées pour retirer leurs images compromettantes.

Le développeur Web Kevin Bollaert a été dans ce sens. Bollaert a créé un site porno de vengeance, mais à également mis en place un deuxième site qui facturait jusqu’à 350 $ par personne pour supprimer des photos du premier site.

Selon l’accusation Il a été reconnu coupable de plus de trois douzaines de chefs d’accusation, de vol d’identité et d’extorsion de fonds au début du mois par un tribunal en Californie. Il est maintenant face à 20 ans de prison.

“Les actions de Bollaert sont illégales et elles ne seront pas tolérés en Californie”, a déclaré le procureur général d’état Kamala D. Harris dans un communiqué. “Ne croyez pas que parce que vous êtes assis derrière un ordinateur, et que vous fassiez ce qui est essentiellement un acte lâche et criminel, vous seriez protégé de la loi ou de la prison”.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *