Actualités, articles et infos sur le porno : films, actrices x

Articles

Pourquoi les femmes ont elles encore honte de regarder du porno ?

Pourquoi les femmes ont elles encore honte de regarder du porno ?
Mesdames c’est OK de regarder et d’être excité par la pornographie. Ne vous sentez plus coupable.
Le Dr Katherine Goldey et le Dr Sari van Anders de l’Université du Michigan ont testés une hypothèse simple: Si Les femmes avaient plus de choix dans le genre de pornographie qu’elles regardaient seraient-elles plus excitées. Sans surprise , cette hypothèse est vraie.

Mais quelque chose d’inattendu se produisit dans leur étude. Les femmes qui choisissent librement leur propre érotisme ont également connu plus de dégoût, de la culpabilité, et d’embarras que les femmes qui ont reçues peu ou pas de choix.

Cette possibilité de choisir les a rendues honteuses.
Nous avons d’abord été surpris par les résultats, mais lorsque nous avons examiné les conclusions, nous avons réalisé que peut-être nous ne devrions pas compte tenu de la stigmatisation entourant l’activité sexuelle solitaire pour les femmes, a déclaré le Dr Goldey , maintenant professeur de psychologie et de neurosciences comportementales à l’Université de Saint-Édouard.

Leurs résultats, publiés aujourd’hui dans les “Archives of Sexual Behavior” (comportement sexuel), sortaient d’une vaste étude dans laquelle ils ont examiné chez les femmes les niveaux de testostérone et l’excitation auto-déclarée à la fois avant et après avoir regardé des films érotiques. L’expérience a mesuré les effets que le choix eu sur l’ identification des femmes ( “s’imaginant elles-mêmes comme participantes dans le film” ), ainsi que sur leurs réponses cognitives et émotionnelles.
Tout d’abord, les chercheurs ont triés au hasard leur échantillon de 116 femmes (la plupart hétérosexuelles), de 18 à 30 ans en quatre groupes.

Le groupe “choix haut” a été autorisé à regarder tout l’érotisme de “leurs propres sources” pendant environ 10 minutes, en sautant entre les scènes et les vidéos à leur guise. Le groupe “choix modérée” à choisi dans une bibliothèque fournie par les auteurs, y compris les films par les femmes cinéastes érotiques comme Erika Lust et Candida Royalle, que les chercheurs sur la sexualité recommandent pour une utilisation dans les études avec les femmes. Le groupe “non choix» a été attribué à un clip d’un des films de royalle et chargé de regarder du début à la fin.

Enfin, les femmes du groupe témoin ont eu une expérience résolument non sexy: Ils ont regardé “Ooh la la “, un documentaire de Voyage sur l’histoire de l’Ecosse.
Les participantes étaient invitées à regarder ces films dans leurs propres maisons sans se masturber. Elles ont également répondues à des enquêtes mesurant leur excitation et leur identification, et fourni des échantillons de salive pour mesurer leur taux de testostérone, qui, pour les femmes comme les hommes, à tendance à augmenter avec l’activité sexuelle.
Oui , les femmes de “choix haut” ont connu beaucoup plus de plaisir et d’excitation physiologique perçus que les autres. Mais choisir leur propre érotisme n’a que marginalement augmenté leur identification avec le film, et a été accompagné par de petites quantités, mais significativement plus élevés de culpabilité, d’embarras, et de dégoût que plusieurs des autres groupes. Ce ne fut pas, comme si l’échantillon avait été particulièrement prude, ou que les chercheurs avaient activement recrutés les participantes à l’aise avec l’érotisme.

Une des raisons de cette conclusion pourrait être la qualité de leurs choix. Le Dr Goldey dit que le contenu des études d’analyse sur la pornographie en ligne montre que cette catégorie a des problèmes importants avec la diversité. Cela pourrait signifier qu’il n’y a tout simplement pas beaucoup de choix centré sur les goûts féminins, ou que c’est plus difficile à trouver.

Toutes les femmes dans le groupe “choix haut” ont sélectionnées une vidéo à partir d’Internet, avec PornHub comme destination la plus courante. Beaucoup de ces femmes ont plus tard décrit les vidéos qu’ils ont choisi comme ” fausses” ou ” irréaliste “, faisant allusion à un certain degré d’insatisfaction.
Les participantes qui ont reçues moins de choix avaient les vidéos choisies par les chercheurs, le Dr Goldey dit que le contenu susceptible de susciter l’affect négatif (l’émotion) était potentiellement davantage éliminé.

Mais les chercheurs croient aussi que les émotions négatives ressenties par certaines dans leur étude pourraient être liés à une stigmatisation de longue date contre les femmes qui regardent du porno seules.
Il est possible que le dégoût, la culpabilité, l’embarras soient augmentés parce que les femmes ont remarqué elles-mêmes devenir physiologiquement touchées par les stimulis sexuels explicites, étant donné la stigmatisation entourant l’utilisation de la pornographie par les femmes.

Fait troublant, mais révélateur, tous les groupes non-contrôle de leur étude ont connu la culpabilité et une gêne légèrement plus élevé avec des niveaux plus élevés d’excitation, pas seulement les femmes du groupe “choix haut”.
Cette constatation soulève la possibilité que leurs sujets ont pu se sentir légèrement coupables, en partie, d’avoir tout simplement ressenti du plaisir avec le porno en premier lieu. Une petite étude précédente par des chercheurs de l’Institut Kinsey a fait allusion à cette possibilité, montrant des associations entre émotion négative et la réponse génitale des femmes lors de la visualisation de certains types de films érotiques.

Le fait d’avoir le choix est un fardeau qui peut exacerber un stigmate plus général.

En effet, l’érotisme choisi par quelqu’un d’autre (par exemple, un partenaire de la relation) peut être plus facilement et socialement sanctionné par les femmes que la visualisation dans le but de la masturbation solitaire.

Les femmes du groupe “choix élevé”, celles qui se sont identifiées le plus avec leurs choix de film ont connus moins de culpabilité et d’embarras, ce qui suggère que les femmes pourraient se sentir mieux et mieux intégrer la pornographie sur Internet si elles pouvaient prendre part plus facilement à leurs choix. Goldey estime que ces données pourrait aider à réfuter le mythe que les femmes ne sont tout simplement pas visuelles en ce qui concerne le sexe.

Je pense que nos résultats suggèrent que le fait que les femmes ne s’identifient pas avec le contenu du porno pourrait être un faux-semblant ou peu réaliste.

En d’autres termes, la mauvaise pornographie sur Internet, ce n’est pas pour nous, c’est pour vous.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *